Étude comparative de concepts de villes intelligentes au Japon et au Québec

35

J’ai été mandatée par la Délégation générale du Québec à Tokyo (DGQT) afin d’élaborer un portrait de la situation en matière de villes intelligentes au Québec et au Japon pour identifier les perspectives de collaboration.

Objectif :

Avoir une vue d’ensemble des enjeux et comprendre les problèmes spécifiques, technologiques et opérationnels, auxquels doivent faire face les villes dans le développement de leurs projets de « villes intelligentes ».

Questions principales de recherche :

  • Comment les villes au Japon et au Québec innovent pour solutionner les grands problèmes liés à l’urbanisation ?
  • Quels nouveaux «business models» sont privilégiés pour l’amélioration des services collectifs dans les villes ? Quel est le rôle des entreprises et des chercheurs (universités) et des citoyens dans ces développements ?
  • Comment se définissent ces modèles, notamment le concept de villes intelligentes ou « smarts cities », à partir de quelles normes et qui adhère à ces critères internationaux ?
  • Quels points de convergence et de complémentarité se dégagent des modèles japonais et québécois?
  • Quelles collaborations aux plans technologiques, de la gouvernance, social et participatif peuvent être soutenues par le gouvernement du Québec à travers la DGQT ?

4 axes d’analyse:

  • Innovation sociale
  • Innovation technologique
  • Aspects de la gestion (smart management)
  • Partenariats (état-industrie-université)

Cibles :

Au total une trentaine d’entrevues ont été réalisées. Au Québec entre le 8 septembre et le 26 septembre, 16 rencontres ont été organisées tandis qu’une douzaine de visites ont été organisées au Japon entre le 4 et 16 octobre 2014

  • 3 projets ont été visités au Japon dans le cadre de cette enquête : City of Yokohama, Keihanna Science City (Kyoto), et Kashiwa-no-ha (Chiba).
  • 2 des entreprises participantes à ces projets ont été visité de même. Il s’agit de Nec et de Nissan.
  • Des universités ont également été consultées pour mieux comprendre l’interface de ce secteur avec les secteurs publics et privés au Japon et le potentiel de collaboration entre le Québec et le Japon à ce niveau : Meiji University et Tokyo Institute of Technology (TIT).
  • Participation au Cool Earth Forum, le 8 octobre à Tokyo, un événement parrainé par le Premier Ministre Abe.

Type de questions :

  • Vision et objectifs poursuivis (finalité des projets)
  • Infrastructures et ressources dédiées au développement des villes intelligentes
  • Facteurs de succès et contraintes rencontrées
  • Vision et perspectives

Afin d’enrichir notre analyse, nous avons mis à profit quelques résultats tirées d’enquêtes de plus vastes échantillonnages et dont les critères d’analyse étaient plus élaborées, notamment l’enquête des politiques de l’environnement publiée par l’OCDE en 2011 et réalisée sur 11 pays représentant différentes régions dont le Canada et le Japon. Cette enquête a mis en évidence une série d’incitatifs qui guident généralement le développement de stratégies pour changer les comportements envers l’environnement.

Résumé_rapport_villesintelligentes_DGQT_GM_dec2014

Table des matières

Rappel du mandat

partie 1. méthodologie

Cadre conceptuel

Acteurs ciblés

Déroulement des entretiens

Questions de recherche

partie 2. contexte

Mobilité électrique et virage numérique au Québec

Réforme énergétique au Japon

Tableau 1. : Comparatif des contextes

partie 3. faits saillants

Smarts communities au Japon

Quels sont les principaux éléments des modèles japonais ?

Modèle de fonctionnement de Kashiwa-no-ha

Modèle de fonctionnement de Keihanna Science City

Modèle de fonctionnement de City of Yokohama

Tableau 2. Particularités de trois projets étudiés au Japon

Keihanna Science City

City of Yokohama Kashiwa-no-ha

partie 4. Perspectives

Faire croitre l’économie en exportant son savoir-faire et ses technologies

Points de convergence entre le Québec et le Japon

Type de collaborations qui peuvent être soutenues par le gouvernement du Québec

Pistes d’action proposées

Conclusion