La vie est la plus grande des aventures !

69

Crédit photo : Unsplash Jason Leung

Est-ce vrai pour tout le monde que les épreuves regorgent d’opportunités ?

Nous vivons dans un bouillon d’opportunités  « soup of offers » !

Voilà la proposition de Robert Poynton dans Evenything’s an Offer, un bouquin que m’a gentiment prêté Barbara Rufo.

L’auteur explore en profondeur la méthode d’improvisation du théâtre adaptée au monde des entreprises.

Tout comme l’approche de l’enquête appréciative (AEA), qui donne de l’énergie au processus, l’approche d’improvisation n’est pas une manière de regarder à tout prix le « beau côté des choses ».

Tout vas bien aller… ou pas

À l’ère où nous avons compris les limites de la pensée positive du « Tout va bien aller », Poynton rappelle le film satirique de Monty Python « Life of Brian » et la chanson emblématique « Always look on the bright side of life » pour illustrer que ce n’est pas l’intention de son livre.

Voir toujours le verre à moitié plein, ou suggérer aux autres de le voir ainsi, revient à porter un jugement, et justement la pratique de l’improvisation, dit-il, vise à demeurer en dehors du jugement.

C’est un grand défi !

Voir tout ce qui nous entoure comme une « offre » ne signifie donc pas de perdre son emploi et de s’en réjouir, mais plutôt de se dire : « Qu’est-ce qu’il y a dans cet événement que je peux utiliser ? » « Qu’est-ce que je souhaite faire avec cela ? »

Cela ne veut pas dire non plus qu’il n’y a pas de place pour la pensée positive dans cette approche. Voir du bon dans certaines situations plus difficiles alors qu’on aurait l’habitude de tout voir en noir est souvent utile. Ce type de recadrage est nécessaire pour les gens qui n’ont pas encore les habiletés de voir sous une autre perspective ce qui leur arrive.

Tout est dans la juste mesure.

Selon Poynton, certains promoteurs de la pensée positive ont tendance à appliquer mur-à-mur leur philosophie et croient que si cela ne fonctionne pas, c’est que nous n’appliquons pas suffisamment la pensée positive ! Il faudrait être un saint pour être toujours positif. C’est contre-humain.

Quand des drames nous arrivent, nous nous sentons mal. Tenter de voir cela comme une bonne chose créé des conflits intérieurs et accentue le malaise.

C’est pourquoi l’auteur propose de se concentrer sur « comment nous pouvons utiliser ce que ces situations nous apportent de manière constructive », sans nier les émotions engendrées par la dite situation.

Les trois piliers des relations et des communications à la base de la méthode sont :

  • le lâcher prise (Let go)
  • tout utiliser (Use everything)
  • porter plus attention (Notice more)

Essentiellement cette méthode nous enseigne comment accepter les idées que nous aurions à priori voulu bloquer ou rejeter pour explorer où, en mode improvisation, cela peut nous amener.

De belles aventures en perspective ! Et le contexte actuel regorge de tellement de situations inédites qui sont autant d’occasions de se laisser porter pour découvrir de nouvelles avenues prometteuses.