Gouvernance au féminin et médias sociaux selon Maude Laberge

322

J’ai rencontré 5 élues investies de leur mission politique municipale. Elles utilisent quotidiennement les médias sociaux pour se rapprocher des citoyens. Entrevues réalisées lors des Assises de l’Union des municipalités du Québec, les 9 et 10 mai 2019.

L’implication sociale comme indice de bonheur

Maude Laberge est mairesse de la Municipalité de Ste-Martine depuis 4 ans et Préfète pour un second mandat de deux ans de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Arrivée dans le monde municipal il y a 9 ans et demie comme conseillère municipale, Maude Laberge est impliquée dans sa communauté depuis son plus jeune âge. Elle est tombée dans la potion magique, comme on dit!

Être femme et jeune en politique

Malgré son côté réservé, Maude brille par sa jeunesse dans un milieu plutôt vieillissant.

Même si le besoin de relève est communément admis, elle confesse qu’il lui faut travailler plus fort pour changer le regard des autres sur elle.

Comparant les parcours des hommes et des femmes, il est évident que les difficultés sont plus grandes pour ces dernières, mais une fois la mise en candiature passée, cela se passe en général très bien. « Le plus difficile est de se lancer en politique ». Elle sait bien ce que cela veut dire, car elle encourage les autres femmes à poser leur candidature via son implication à l’UMQ.

En mouvement pour la parité! 

Maude Laberge préside la Commission Femmes et gouvernance de l’UMQ, qui vient d’adopter lors de son assemblée générale, le 11 mai dernier, la toute première politique d’égalité entre les femmes et les hommes de son histoire.

Les petits peuvent voir grand

Pour une petite municipalité comme Ste-Martine, c’est très avantageux d’utiliser les médias sociaux.

Ste-Martine s’est développée rapidement au cours des 15 dernières années. Les médias sociaux permettent de faire le pont entre les plus anciens de Ste-Martine et les nouveaux résidents, qui vivent en périphérie du vieux centre. Le sentiment d’appartenance est à construire et Maude considère que cela fait partie de son travail.

Construire une identité, un esprit de communauté et de fierté

Le sentiment d’appartenance est essentiel à la participation démocratique. Les mots personnels, des photos plus personnelles de temps à autre, des images de sa ville ajoutées aux dossiers bien expliqués via les médias sociaux, contribuent à développer cette fierté.

« Ça percole chez les citoyens. Je suis très fière de mon réseau, qui est très actif et s’autogère. J’ai maintenant un très bon réseau d’amis ». Plus de 2500 amis Facebook alors que la population est de 5000 personnes.

Combien de temps passé sur les médias sociaux? 

Minimalement une heure par jour. Mais maintenant que son réseau est plus solide, elle se permet des « vraies vacances déconnectées ».

Lui-même très actif sur le Web, son conjoint fait la veille et prend le relais lorsqu’elle prend une pause et éteint son téléphone. Comme plusieurs proches de nos élues, il est protecteur et plus sensible aux agressions reçues sur les médias sociaux.

Mais la vie d’élue n’est pas toujours de tout repos et il faut jouer la femme orchestre.

Crise du blizzard gérée en direct

6 janvier 2019. Routes fermées. DG en vacances. Maude Laberge se retrouve dans une gestion de crise. Elle a pu être en lien avec ses citoyens et relayer les autorités à la minute près. Le climat de confiance déjà établi a permis aux citoyens de faire appel directement à elle.

Les médias sociaux : essentiels pour passer son propre message

Même si une journaliste d’un média local couvre ses assemblées publiques, cela n’est pas toujours le bon message qui passe.

À titre d’exemple illustrant que le message n’est pas toujours contrôlé, Maude évoque la couverture médiatique d’un résumé d’assemblée publique, mettant l’accent sur un don de 100$ à la pétanque alors que l’on avait annoncé à la même assemblée un investissement de 1M$ pour la mise à niveau d’une usine d’épuration; cette annonce est passé sous le radar.

Pour concevoir ses propres messages, Facebook est son média depuis une douzaine d’années. Twitter qu’elle utilise aussi, sert moins pour parler aux citoyens.

Le changement est associé à sa gouvernance. Ses citoyens lui témoignent beaucoup d’appréciation. Le flux continu d’information créé une impression de dynamisme de la ville qui passe beaucoup par les publications de sa mairesse.

Ses conseils

  • Il faut mettre du temps pour que le réseau sur les médias ressemble à son réseau réel.
  • Diplomatie et non émotivité lorsque la situation est plus délicate
  • Répondre assiduement
  • Pour éviter de faire des erreurs, suivre des formations. Comprendre les algorythmes et être en mode interactif, aller « aimer » les bons commentaires pour un meilleur référencement
  • Publier protège car cela permet de documenter et peut servir de référence au besoin pour remettre la vérité au centre du débat.
  • Référer toutes les communications officielles au site Web de la Municipalité.